ADAC
The Journal
Algologie
Bryologie
Mycologie
Combined subscription

My cart is empty



Volume 31    issue 4  ,  November  2010
previous next
DNA barcoding in the red algal order Gelidiales: comparison of COI with rbcL and verification of the "barcoding gap"
p. 435-449

Abstract

 
Mitochondria-encoded COI and plastid-encoded rbcL sequences were used to assist with the identification or "barcoding" of a variety of red algal species. The rbcL locus has been extensively analyzed within the Gelidiales and general levels of intraspecific and interspecific sequence divergences are established. Complementary COI and rbcL data sets were compared to explore the utility of COI for Gelidiales species identification and verify the presence of a barcoding gap between closely related species. There was no difference between the two loci in the clustering of specimens into species, but the COI sequences were more variable than rbcL and exhibited a larger barcoding gap between closely related sister species. These results indicate that COI barcoding is a useful tool for the molecular assisted identification of Gelidiales species, especially in cases of closely related species where the more conserved rbcL may be uninformative. The presence of cryptic species within the widely distributed taxon, Pterocladiella caerulescens was also revealed, and taxonomic changes are proposed including the description of Pterocladiella australafricanensis sp. nov.

Also available on Connect.barcodeoflife
 
 
COI / DNA barcoding / Gelidiales / Gelidium / Pterocladiella / Pterocladiella australafricanensis / rbcL

Résumé

 

Les séquences du gène mitochondrial codant la cytochrome c oxydase I COI et du gène plastidial rbcL ont été testé comme marqueurs code-barres ADN pour l'identification d'une série d'espèces d'algues rouges. La rbcL a été intensivement analysé dans les Gelidiales dont le niveau de divergence intraspécifique et interspécifique à été établi. Des jeux de données complémentaires du COI et de la rbcL ont été comparés afin d'explorer l'utilité du COI pour l'identification des espèces de Gelidiales et pour vérifier la présence d'un espace code-barre entre les espèces jumelles. Il n'y avait aucune différence entre les deux marqueurs dans le groupement des spécimens par espèces, mais les séquences du COI étaient plus variables que celles de la rbcL et démontraient un plus grand espace code-barre entre les espèces jumelles. Ces résultats indiquent que le code-barre COI est un outil utile pour aider à l'identification moléculaire des espèces de Gelidiales, particulièrement des espèces étroitement liées où le rbcL plus conservateur n'est pas informatif. La présence des espèces énigmatiques dans le taxon largement distribué, Pterocladiella caerulescens a été également indiquée, et des modifications taxonomiques sont proposes comprenant la description de Pterocladiella australafricanensis sp. nov.

Également disponible sur Connect.barcodeoflife
 
 
Code-barres ADN / COI / Gelidiales / Gelidium / Pterocladiella / Pterocladiella australafricanensis / rbcL

 

 
See the contents of the last issue of Algologie See the contents of the last issue of Bryologie See the contents of the last issue of Mycologie